Tag Archive | "jeu"

On a testé pour vous: simulateur de Formule 1


Avez-vous déjà entendu parler des nouveaux bijoux technologiques que s’est procuré FunPlanet à
Bulle? Nous avons essayé ces simulateurs de F1, connus sous le nom de Formula Armaroli.

Nous avons été agréablement accueillies par  Yves Luyet, directeur technique de ces appareils au FunPlanet de Bulle. Celui-ci a bien voulu nous en dire un peu plus sur ces machines, en sa possession depuis deux mois.

Petit descriptif d’une Formula Armaroli

Fabriquées au Brésil par des gens du métier, il n’en existe pour l’instant que quatre modèles
en Suisse. Deux au FunPlanet de Brig et deux, que nous avons testés il y a trois semaines, au FunPlanet de Bulle. Celles-ci ressemblent comme deux gouttes d’eau à celles que nous voyons à la télévision. L’une est rouge et l’autre noire, aux couleurs de l’écurie Ferrari. Elles portent aussi un numéro, de même qu’un aileron avant. La seule chose manquante est toute la partie située à l’arrière de l’habitacle. Elle est pour ainsi dire coupée en son milieu. Une fois à l’intérieur, nous nous retrouvons presque couchés sur un siège peu confortable, à ras du sol. Quatre écrans  plats vous guident sur les plus grands circuits de Grand Prix. Les sensations sont si proches de la réalité que certains pilotes professionnels les utilisent à l’entrainement.

Mais quelle est la différence avec un vrai jeu vidéo ?

« Ce qui surprend le plus nos clients, c’est l’impression de réalité éprouvée en les conduisant. », confie Mr Yves Luyet. En effet, une fois aux commandes de la voiture, on se retrouve coupé du monde extérieur. Dans l’habitacle, le bruit de la course est omniprésent. Le port d’un casque est inutile puisque la voiture reste immobile. Ayant essayé d’appeler Manon à plusieurs reprises, j’ai vite remarqué qu’elle ne m’entendait pas, trop captivée par son parcours. De plus, aucune carte du circuit n’est affichée sur l’écran, ce qui vous oblige à mémoriser le parcours, comme le font les pilotes de F1. Et attention ! Vous n’êtes pas à l’abri d’une panne sèche ou d’un pneu crevé, car tels sont les aléas du métier !

L’ouïe n’est pas le seul sens à être sollicité lors de la course, mais également le touché. Vous vous en doutez bien, la vitesse simulée étant de plus de 200km/h, l’appareil est en constante vibration. Celles-ci sont amplifiées lorsqu’on percute un mur ou qu’on sort de la route.

Mais avant de se lancer sur le parcours, quelques réglages sont à faire, comme les vrais professionnels. Mais rassurez-vous, si vous aussi vous êtes des pommes en mécaniques, quelques options simples vous permettront de vous amuser tout autant. Tout comme au bowling, vous avez la possibilité d’utiliser une aide « virtuelle », vous empêchant de sortir trop facilement du circuit. Nous avons testé avec et sans cette aide et remarqué qu’il y a en effet une grande différence. La perte de maîtrise du véhicule est beaucoup plus rapide, les sorties de pistes sont par conséquent bien plus fréquentes.

Pour les amateurs de compétition

Il existe un forum, www.rfactor.net, vous permettant d’organiser des compétitions avec des gens du monde entier et de partager vos connaissances sur le sujet. Dans des pays comme le Brésil, le premier prix de certaines d’entre elles peuvent varier entre 800 milles et 1 million de dollars. Ces courses sont parfois très populaires, elles peuvent compter jusqu’à 40 véhicules. « Malheureusement le sport automobile n’a encore que peu de succès en Suisse. », s’attriste M. Luyet, espérant un futur changement à ce niveau-là. C’est pour cette raison qu’il a mis sur pied un championnat sur simulateurs aux FunPlanets de Bulle et de Brig, ouvert à toutes personnes capable d’atteindre les pédales !

Si vous êtes intéressé, celui-ci se déroule jusqu’aux 15-16 janvier, jours de la finale. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur www.funplanet.ch.

Et s’il vous manque encore un cadeau de Noël, vous pouvez vous procurer un de ces formidables appareils pour la somme d’environ 50 000 francs, le prix dépendant des options que possède le véhicule. Si ceci n’est pas dans votre budget, essayez-les à FunPlanet au prix de 1fr/min. Nous vous souhaitons bien du plaisir, et sommes sûres que vous ne regretterez pas le déplacement!

Manon Schluchin et Elsa Jaquet

Posted in العربيةComments (0)

Le pouvoir de la Télévision


Personne ne s’attendait à un tel résultat, 81% des candidats sont allés jusqu’au bout, prêts à infliger une décharge mortel ! C’est le nouveau jeu « la zone extrême » qui va passer vendredi sur TSR2. Cette émission sera suivie d’un débat sur le thème suivant : « Le pouvoir de la télé est-il sans limite ? »

«Le jeu de la mort» teste la capacité de candidats à infliger une décharge mortelle.

Le principe est simple : si le questionné se trompe, un candidat peut décider de lui administré un choc électrique, jusqu’à 460 volts!

Le producteur Christophe Nick a en fait voulu transposé l’expérience de Milgram, faite en 1963 à la télévision et voir ainsi le comportement des gens à la télévision.

En 1963, le résultat avait alors été de 62%. Le constat avait été alors que tout individu peut commettre les pires atrocités.

Dans son jeu fictif « la zone extrême », Jean-Paul, un acteur, joue le jeu du questionné. Huitante candidat participent au jeu et décide des sentences qu’on doit lui administrer.

Autour d’eux : une animatrice et un public, qui ne sait pas que le questionné est un acteur.

C’est parti ! Première faute : 20 volts, deuxième : 40, troisième : 180 volts. Le questionné se trompe de plus en plus, hurle. Sous les injonctions de l’animatrice, les candidats continuent à infliger des chocs. 300 volts. Plus de réponse. Les candidats veulent arrêter. «Nous assumons les conséquences», dit l’animatrice. Et Bam ! 400, 440, 460 volts et c’est gagné.

La télé peut donc organiser la mise à mort d’un individu en guise de divertissement.

20 minutes.ch / AG

Posted in Business, NetBuzzComments (1)

Club Question pour un Champion à Bulle


Vous rêver d’être champion mais vous pensez ne pas être à niveau pour passer à la TV ?Il est désormais possible de tester tes connaissances une fois par semaine à l’hôtel de ville de Bulle !

Tout les jeudis soir à 19 h l’Hôtel de ville de Bulle ouvre Ses portes pour donner aux Bullois l’occasion de tester leurS connaissances sous forme du jeu «  questionS pour un champion ». C’est dans une ambiance chaleureuse devant un thé chaud que vous allez affronter vos adversaires. Cependant cela à bien sûr un prix. Pour les adultes c’est 5 francs la séance ou 60 francs à l’année. Pour les étudiants c’est un peu plus avantageux car les 3 premières séances sont gratuites. Ensuite le coût sera de 2francs par jeudi ou alors 20 francs à l’année !
 Vous pensez donc avoir les connaissances requises  pour impressionner vos adversaires ? Ou alors vous voulez acquérir un peu plus de culture ?Oui ? Alors 19 heure à l’hôtel de ville ! Vous pensez toujours que ce n’est que pour les «  vieux » ? Et pourtant de plus en plus d’étudiants y vont régulièrement, comme par exemple Geoffrey Darbon en interview ci-dessous :

 Depuis combien de temps participes-tu au QPUC au club de bulle?

 -Depuis environ 6 mois!

 Depuis quand existe-t-il?

 - 2ans environ.

 Depuis combien de temps es-tu membre du comité d’organisation?

- En fait, à partir du moment où tu viens régulièrement jouer, tu es intégré au comité. Donc je dirais depuis 5-6 mois, à partir du moment où les membres plus anciens que moi ont commencé à me connaître et à ne plus réfléchir 5minutes avant de se souvenir de mon prénom !

 Donc le comité est ouvert à tous? Qui en est le président?

 -Oui oui, bien sûr!
 -Il y a deux présidents. Mais comme on se connaît tous par nos prénoms, je ne connais pas leur noms de famille. Je sais juste qu’il s’agit d’Eric et de Gérard…
 Vous vous servez de buzzers et d’un chronomètre, dont le fonctionnement est le même que celui du matériel de la vraie émission. Combien cela a-t-il coûté?
- Environ 1000.- le set complet, soit buzzers, règlement et chronomètre.

 Vous devez varier énormément les questions. D’où proviennent-elles?

 -De divers clubs de Suisse ou d’autres pays, d’internet… chaque membre peut apporter ses idées de questions également.

 Comment l’as-tu découvert, ce club?

-Un ami me l’a conseillé, vu que déjà à la base j’aime le jeu en lui-même. J’y suis allé une fois pour voir, et je suis devenu accro maintenant^^. C’est vraiment un cadre particulier, car il permet, en plus de s’amuser et de peaufiner ses connaissances, d’établir des contacts vraiment enrichissants avec des personnes d’une autre génération que la nôtre. Je conseille vivement à n’importe qui d’y aller au moins une fois! ça ne coûte presque rien et c’est vraiment sympa!

 Finalement question existentielle, aimes-tu la double crème?

 - Un gros OUI!

Evak

Posted in BusinessComments (0)

2009, an de grâce du jeu vidéo


A côté des blockbusters, qui n’ont pas démérité, 2009 a aussi été l’année du retour en grâce du jeu « artisanal ». Autre phénomène marquant : le succès des jeux à miniprix pour iPhone ou à télécharger.

Logo des Inrocks.C’est l’un des jeux phénomènes du moment. Un petit personnage crayonné y bondit de plate-forme en plate-forme dans l’espoir touchant d’aller le plus haut possible. Gros succès de l’AppStore, Doodle Jump est disponible sur iPhone et iPod Touch pour 79 centimes, soit à peine plus d’un centième du prix des blockbusters de la fin d’année ; les étiquettes d’Uncharted 2, Assassin’s Creed 2 ou Modern Warfare 2 affichent en effet la coquette somme de 70 euros.

Entre minijeux obsédants et superproductions opulentes, expérimentation arty et polissage de mécaniques antédiluviennes, le jeu vidéo fait aujourd’hui le grand écart. Conjugué à l’essor des services de téléchargement des consoles de salon, l’émergence du baladeur d’Apple comme système de jeu à part entière est sans doute la meilleure nouvelle de l’année.

Non que l’offre ludique de l’iPhone soit uniformément enthousiasmante – à vrai dire, le niveau moyen est même plutôt assez bas. Mais ces petits jeux (relativement) vite réalisés et, tarif modique oblige, souvent achetés sur un coup de tête font souffler un vent de fraîcheur sur l’industrie vidéoludique après des années d’emballement des coûts et des délais de développement. L’exemple a d’ailleurs été suivi par les fabricants de consoles portables, pour qui le duo iPhone-iPod Touch fait désormais figure de concurrent non négligeable.

Le retour du jeu « artisanal »

Nintendo (avec sa DSi, dont les jeux dématérialisés sont facturés entre 2 et 8 euros) et Sony (avec sa PSP GO dépourvue de tout lecteur « physique ») ont ainsi lancé à quelques mois d’intervalle des machines pensées pour stocker et faire tourner des titres téléchargés.

D’une manière plus générale, le regain de santé du jeu « artisanal » (conçu par une petite équipe, pour un budget réduit) aura marqué l’année, de l’admirable Flower à la collection rétrofuturiste Bit.Trip (sur Wii), en passant par les exercices très arcade des petits Français de Pastagames (Maestro ! , Jump in Music) et d’Arkedo (Big Bang Mini sur DS, Jump et Swap dans la section « Indie games » du marché en ligne Xbox 360).

Best-seller toutes catégories : Call of Duty

Ce qui n’a pas empêché dans le même temps les jeux à gros budget de conserver une excellente tenue. Si le best-seller toutes catégories de 2009, Call of Duty : Modern Warfare 2, est un titre efficace mais problématique (car assez bêtement guerrier et narrativement sous-développé), les nouveaux volets de séries prestigieuses comme GTA (avec deux aventures inédites dans la ville de l’épisode IV), Halo (avec le jeu dérivé ODST), Uncharted ou Assassin’s Creed se sont révélés des sommets esthético-ludiques, en dépit des enjeux financiers potentiellement écrasants qui avaient accompagné leur création.(Voir la vidéo de Assassin’s creed II)

Pendant ce temps, le jeu de course et le combat par manettes et écrans interposés prenaient tous les deux un éclatant coup de jeune avec respectivement Forza Motorsport 3 et Street Fighter 4.

Tant pis pour la nostalgie : le « c’était mieux avant » du gamer vétéran regrettant l’époque antique (circa 1985, c’est dire comme c’est vieux) du développement semi-amateur et des bedroom coders héroïques ne tient plus.

2009 réunit le meilleur des deux époques : le grand-spectacle HD et la petite idée (géniale ou désastreuse) vite mise en œuvre et commercialisée. Autant dire que, mine de rien, les joueurs pourraient bien être en train de vivre une sorte de nouvel âge d’or du jeu vidéo.

Un peu comme si, pour le cinéma, le blockbuster hollywoodien, la vidéo d’artiste et le film de genre indépendant étaient simultanément florissants et à la portée de tous dans les mêmes conditions de confort (sur le même écran, via le même appareillage technologique).

Fermetures de studios

Il est cependant recommandé de bien en profiter car, pour une partie non négligeable de l’industrie, le temps s’est déjà gâté. Sur fond de crise globale, les éditeurs revoient leurs dépenses à la baisse pendant que les fermetures de studios se multiplient : Pandemic (à qui l’on doit le récent The Saboteur), Factor 5 (Turrican, Rogue Squadron), 3D Realms (plus qu’une coquille vide)…

Pour les joueurs, les effets se feront sentir plus tard, les nouveaux projets étant les plus menacés, mais l’avenir n’est assurément pas rose. D’autant que, si les trois consoles de la génération actuelle, la Wii (presque 60 millions d’exemplaires vendus), la Xbox 360 (un peu moins de 35 millions) et la PS3 (bientôt 30 millions), sont aujourd’hui bien installées, leur rythme de vente s’est nettement ralenti en milieu d’année. Pour relancer la machine, les trois constructeurs ont du coup opéré quasi simultanément des baisses de prix, celle de la PS3 s’accompagnant d’un sérieux relookage.

Mieux : alors que deux orientations très différentes se dessinaient jusque-là, le grand-spectacle high-tech chez Sony et Microsoft, l’accessibilité festive chez Nintendo, une convergence des stratégies paraît se dessiner. En 2010, la PS3 et la Xbox 360 se verront ainsi toutes deux dotées de systèmes de détection de mouvements que l’on nous promet bien plus performants que celui de la Wii.

Quant à cette dernière, et alors que les rumeurs d’une Wii 2 haute définition se font de plus en plus insistantes, elle lorgne avec, entre autres, une nouvelle manette très traditionnelle, du côté des amateurs de jeux plus « classiques » que ses Wii Sports et Wii Fi, qui semblaient l’avoir un peu perdue de vue.

Ce dont témoignent les chiffres de vente moyens de titres Wii qui avaient a priori tout pour leur plaire – Little King’s Story, Mad World ou Dead Space Extraction.

Sorties en baisse

2009 s’est par ailleurs distinguée par un planning des sorties de fin d’année moins chargé qu’à l’accoutumée, plusieurs jeux très attendus ayant été reportés à 2010 pour éviter l’embouteillage habituel. Du coup, après les fêtes, c’est encore Noël avec, entre janvier et mars, les sorties de Bayonetta, Mass Effect 2, BioShock 2, Dante’s Inferno, Heavy Rain, Splinter Cell Conviction ou le très prometteur Final Fantasy XIII. En attendant, le record mondial de Doodle Jump tient toujours. Aux dernières nouvelles, le million et demi de points serait en vue. Avis aux amateurs.

Erwan Higuinen | Les Inrocks | Rue89.com

Posted in Actu, ReportageComments (1)


Buzz


La vidéo la plus détestée de youtube!


Pour comprendre des clowns japonais, pas besoin de parler leur langue.

Nuage de crème

ENTRE NOUS ET VOUS

DOUBLECREME:CH, site d'information participatif. Envoyez-nous vos informations et vos liens préférés.
Contactez-nous (rubrique: contact) pour proposer:articles, reportages, opinion, manifestations, fête, photos et vidéos...

Competition

juin 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Polls

Quel est votre budget pour votre déguisement de carnaval?

  • Aucun, je ne me déguise pas (48%, 23 Votes)
  • Moins de 20 francs (23%, 11 Votes)
  • Entre 20 et 50 francs (13%, 6 Votes)
  • Entre 50 et 80 francs (10%, 5 Votes)
  • Plus de 80 francs (6%, 3 Votes)

Total des votants: 48

Loading ... Loading ...