Tag Archive | "alcool"

Le nouveau Croqu’menu sans alcool, réactions


Les nouveautés de la réédition de ce livre de recettes:

Les innovations
Plusieurs plats végétariens font leur apparition, comme le guacamole ou le vol-au-vent aux champignons.

Les hérésies
L’alcool a été supprimé de certains plats, par exemple la fondue se cuisine désormais avec du cidre sans alcool.

Les sacrifiés
Fini le jambon au madère, le coq au vin et les poires au vin rouge, qui ne sont pas concevables sans alcool.

Régime sec pour «Croqu’ menus» ! Puisque la Suisse interdit aux moins de 16 ans d’acheter des boissons alcoolisées, il semblait inadéquat à l’éditeur du livre de cuisine utilisé par les écoles d’y faire encore figurer des recettes alcoolisées.

«Une dérive», pour le député et vigneron Thierry Grosjean. Il argumente que le vin est lié à notre culture.

«Je comprends cette mesure pour un ouvrage destiné aux écoles, note Laurence Margot, diététicienne responsable de la Fourchette verte. Mais je regrette que l’on ne parle même pas de l’alcool dans les pages théoriques.» Elle n’est pas convaincue de la nécessité de remplacer l’alcool jusque dans une recette traditionnelle comme la fondue. D’autant plus que «Croqu’menus» n’est pas un livre que l’on jette après sa scolarité. Beaucoup d’adultes le conservent.»

Stéphane Caduff, de la Fondation vaudoise contre l’alcoolisme, rappelle : «L’alcool ne s’évapore pas aussi vite qu’on le pense lors de la cuisson. Le seul moyen d’éviter qu’il s’en trouve dans l’alimentation de mineurs est de ne pas en mettre.» Il note aussi que l’utilisation régulière de vin en cuisine banalise ce produit.

20 minutes. Ch / AG

Posted in Business, NetBuzzComments (0)

Comment soigner sa gueule de bois ?


Vous ne vous souvenez pas bien. Il y a eu du champagne, bien sûr, du vin rouge, quelques cocktails, une ou deux bières en introduction suivies de quatre tequila paf qu’un ami vous a chaleureusement invité à boire en mitraillette… Vous n’êtes pas très bien, en fait. Cette tenace migraine, ces bruits de siphon qui s’échappent de sous votre couette, cet œil gauche que vous ne parvenez pas à ouvrir complètement… Vous souffrez de ce que les médecins appellent la veisalgie, un terme formé des mots norvégien kveis (« inconfort succédant à la débauche ») et grec algia (« douleur »). Inconfort, douleur… les mots sont éloquents. En d’autres termes, vous avez la gueule de bois.

Et en ce premier jour de la nouvelle année, vous prenez votre première grande résolution, la même que l’an dernier : vous arrêtez de boire. Mais avant, il va falloir survivre à cette première journée de l’an 2010. Des remèdes de grand-mère à l’efficacité forcément prouvée, des conseils pratiques glanés sur Internet, des astuces d’alcooliques rapportées par des amis vous reviennent en mémoire. Un grand bol de café, pourquoi pas salé, vous remettra d’aplomb, pensez-vous. Une petite bière fera remonter votre taux d’alcool et apaisera ainsi votre mal-être. Un petit hamburger devrait vous aider à absorber l’alcool que vous avez dans le sang. Un citron pressé, des œufs crus, de l’anguille hachée, un cachet d’aspirine ? N’en faites rien. Il n’existe pas de remède miracle, et les conseils présentés comme tels correspondent le plus souvent à ce qu’il faut précisément éviter.

Tous les praticiens s’entendent sur un point : la seule méthode infaillible (en dehors d’une consommation raisonnable d’alcool) consiste à boire de l’eau, beaucoup d’eau, avant, pendant et après le réveillon. Et à éviter les mélanges d’alcool. Mais à l’heure où vous lisez ces lignes, il est peut-être déjà trop tard. Voici donc les conseils avisés de trois médecins : un nutritionniste, une spécialiste de la médecine chinoise et une praticienne du centre antipoison de Lille.

Le nutritionniste. Première idée reçue battue en brèche : « Le café, c’est non. Ça fait travailler le foie, alors qu’il faut justement le reposer. Le thé est éliminé par les reins, c’est mieux », explique Gilles Demarque avant de dresser le menu gastronomique idéal d’un lendemain de cuite. « Les réveillons sont riches en protéines et en sucres. Il faut donc éviter ce type de nutriments. » Vous l’aurez compris : le saumon fumé, les restes de bûche et la tranche de foie gras qui vous font les yeux doux dans le frigo patienteront encore quelques jours. « La pire chose à faire est de se jeter sur les restes de la veille », martèle-t-il. Vous mangerez donc : des laitages 0 % et des fruits pour tenir jusqu’au dîner. Le soir venu, des légumes pas trop salés, des fruits gras, comme l’avocat, une cuillerée à soupe d’huile, des laitages 0 % et encore des fruits.

Le 2 janvier, il sera temps de réattaquer en douceur les protéines maigres avec de la viande blanche, du poisson blanc et des légumes. « La migraine est liée à une hépatite alcoolique. Il faut donc rééquilibrer le foie en mangeant équilibré », résume le nutritionniste. Et toujours boire de l’eau, la migraine étant provoquée par la déshydratation du corps, qui travaille pour éliminer l’alcool.

La médecine chinoise. Céline Zhang connaît un petit fruit qui fait des miracles : le gouqi, un fruit rouge qu’on peut se procurer notamment dans le 13e arrondissement à Paris et qui nettoierait le foie. Le thé oolong est également réputé pour ses vertus réparatrices. Mme Zhang vous conseille donc de vous préparer un thé avec du miel, du citron et un peu de vinaigre. « Tout ce qui est acide est bon », insiste-t-elle. Autre pratique, autres mœurs : à la différence de M. Demarque, Mme Zhang déconseille fortement toute forme de laitages, surtout les laitages industriels, qui fatiguent la rate. « La rate et le foie forment un couple. La rate est la femme ; le foie, le mari. Si l’un va mal, l’autre est affecté », explique-t-elle. Pas de laitages, donc, et plus généralement pas de protéines animales. Préférez les végétales, comme le soja.

Le centre antipoison. « Il n’y a pas grand-chose à faire », constate, fataliste, une toxicologue du centre antipoison de Lille. « Il faut beaucoup boire, manger léger, mais sans oublier de se recharger en glucides lents (pâtes, riz, pain) et en sucres rapides (jus de fruit, coca…) », précise-t-elle. Et attention aux médicaments ! Si certains conseillent d’avaler un comprimé de paracétamol avant de se coucher – et d’éviter l’aspirine, qui diminuerait les capacités du corps à éliminer l’alcool –, cette toxicologue recommande la prudence. « Un alcoolique devra éviter le paracétamol, qui est toxique pour le foie. A proscrire en cas de cirrhose. L’aspirine est moins nocive. Mais si la personne est en bonne santé, le paracétamol est plus efficace. » Ultime conseil : « Une personne seule fera mieux de se coucher en position latérale de survie pour éviter d’inhaler son vomi. »

Soren Seelow / LeMonde.fr

Posted in Actu, Business, Entretien, Lu et vu ailleursComments (0)

S’alcooliser avec élégance pour le 31?..facile !


L’année dernière, vous l’avez finie la tête dans le seau et vous vous êtes rendu grotesque. Et ce n’est pas la première fois. Alors qu’il est si simple de se bourrer la tronche avec chic, élégance et raffinement.

Choix des boissons. Virez du frigo les bières et éliminez de votre bar le whisky bas de gamme en bouteille de deux litres. A la place mettez du Dom Perignon et du Cardhu de 22 ans d’âge. Oui, c’est un peu plus cher. Mais vous ne pensiez pas être élégant avec du pastis à 5 euros la bouteille, quand même? Ah, ces pauvres….

Tenue vestimentaire. Au prétexte que vous êtes entre amis, vous projettiez de mettre une perruque verte. Et votre femme pense faire sexy avec sa mini en lamé argenté et son top où elle n’arrive pas à caser ses deux nichons. Misère. Déjà vous êtes immondes, alors ne pensez pas qu’avec 4g dans le sang ça va arranger les choses.

Non, venez en noir. C’est pratique le noir, on peut renverser n’importe quelle boisson dessus sans que ça se voit, sauf le irish coffee. Mais croyez moi, à 2h du mat après la 6ème bouteille de Dom Perignon, plus personne n’est capable de réaliser convenablement un irish coffee.

Buvez sur la durée. Le binge drinking, c’est bon pour les acnéiques. Passé 18 ans, c’est totalement has-been, sauf si vous êtes supporter de foot (là, vous êtes has-been à vie).

Pensez à manger. Mais pas n’importe quoi. A quoi bon lever le coude au Dom Perignon pour avaler des saletés venue du hard-discount? Pire, en saucissonnant comme un spectateur du tour de France. C’est à croire que vous n’avez jamais entendu parler du caviar.

Changez de prénom. Oui, comprenez moi bien, votre prénom signe votre basse extraction. Prenons un exemple. Comparez ce « Oh putain Cynthia, je crois que j’en tiens une couche que même celles de ta mère sont plus fines »; avec ce « Foutre, Apolline, j’en tiens une excep, etecep, telecp,… énorme quoi ! ». Tout est dans le Apolline.

Voilà voilà mes chers, Doublecrème vous souhaite un réveillon classe et élégant afin que demain, le réveil ne soit pas trop dur !

http://fr.news.yahoo.com

PC

Posted in Actu, Lu et vu ailleursComments (0)

Six jeunes par jour à l’hôpital pour abus d’alcool


Les hospitalisations sont en forte augmentation par rapport aux années précédentes, surtout chez les filles et les jeunes femmes.

Quotidiennement, environ six adolescents ou jeunes adultes âgés de 10 à 23 ans sont admis aux urgences après avoir bu trop d’alcool. Ils étaient cinq par jour en 2005, soit 1900 sur l’année. Le chiffre global pour les années 2006 et 2007, qui viennent d’être analysées, s’établit en moyenne à environ 2100 par an. Dans 60% des cas, il s’agit de garçons et de jeunes hommes.

Progression des filles

La dernière enquête de l’Institut suisse de prévention de l’alcoolisme et autres toxicomanies (ISPA) dresse le tableau suivant: au cours des années 2006 et 2007, quelque 970 adolescents et jeunes hommes ont été traités dans les hôpitaux suisses à la suite d’un diagnostic principal ou secondaire d’intoxication alcoolique. Pour les adolescentes et les jeunes femmes, le nombre de cas était d’au moins 630. Les diagnostics d’intoxication alcoolique ont progressé de 16% entre 2005 et 2007. La progression a été nettement plus sensible chez les filles et les jeunes femmes (35%) que chez les garçons et les jeunes hommes (6%).

Filles plus précoces

La fréquence des diagnostics d’intoxication alcoolique culmine entre 14 et 15 ans chez les filles et entre 18 et 19 ans chez les garçons. Au-delà de ces âges, le nombre de diagnostics recule légèrement. L’ivresse ponctuelle semble toutefois être très fréquente jusqu’au début de l’âge adulte. L’Enquête suisse sur la santé 2007 montre en effet que ce sont majoritairement les jeunes de 21 à 22 ans qui ont une consommation ponctuelle excessive. « Ce qui indique qu’ayant peu l’expérience de l’alcool, les jeunes ne connaissent pas leurs limites et prennent donc le risque d’une intoxication alcoolique», explique Matthias Wicki, auteur de l’étude et chercheur à l’ISPA.

Les chiffres ne représentent que la partie visible de l’iceberg et ne reflètent pas toute l’ampleur du problème. En effet, l’étude n’a pris en considération que les personnes hospitalisées, sans tenir compte des jeunes en état d’ivresse ramenés à la maison par la police, ni de ceux traités par leur médecin de famille, les services d’urgence ambulatoires ou les services d’addictologie.

Ots/Jérémy Rico

Posted in Actu, BusinessComments (0)


Buzz


La vidéo la plus détestée de youtube!


Pour comprendre des clowns japonais, pas besoin de parler leur langue.

Nuage de crème

ENTRE NOUS ET VOUS

DOUBLECREME:CH, site d'information participatif. Envoyez-nous vos informations et vos liens préférés.
Contactez-nous (rubrique: contact) pour proposer:articles, reportages, opinion, manifestations, fête, photos et vidéos...

Competition

avril 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Polls

Quel est votre budget pour votre déguisement de carnaval?

  • Aucun, je ne me déguise pas (48%, 23 Votes)
  • Moins de 20 francs (23%, 11 Votes)
  • Entre 20 et 50 francs (13%, 6 Votes)
  • Entre 50 et 80 francs (10%, 5 Votes)
  • Plus de 80 francs (6%, 3 Votes)

Total des votants: 48

Loading ... Loading ...