Archive | Arabie

Voter, c’est remettre en selle un pouvoir illégitime, autiste et isolé

El Watan, 22 avril 2012 A la veille du 50e anniversaire de l’indépendance du pays, s’annoncent des élections législatives, le 10 mai prochain, dans des conditions pour le moins déplorables pour les Algériens.

Si le pari de la libération du territoire a été réussi, celui de la libération de l’homme, tel que prévu dans la déclaration du 1er Novembre 1954 n’est toujours pas acquis. Les manifestations pacifiques ne sont pas toujours permises, notamment dans la capitale, et le droit de grève, remis en cause par le pouvoir, qui a promulgué une batterie de textes qui prorogent de fait l’état d’urgence théoriquement levé. Le chômage atteint des records inégalés, le suicide même des enfants est devenu un phénomène de société, et le mal-vivre est le quotidien des Algériens. Il ne reste plus à la population, notamment les jeunes, que l’émeute pour poser leurs problèmes quand ils n’optent pas en dernier ressort pour la harga, à tel point qu’il ne se passe pratiquement pas un seul jour sans que l’on signale ces drames à travers le territoire national.

La répression et la gestion des émeutes sont des points forts du régime autoritaire et policier. Les services de sécurité sont dotés de moyens humains et matériels ahurissants. La paix sociale à tout prix est achetée avec une partie de la rente pétrolière qui a échappé à la corruption. Des sommes faramineuses sont englouties dans l’import/import au détriment de la création de richesses source intarissable d’emplois, souci majeur de notre jeunesse. L’économie est en panne, et, au lieu de la développer, on recourt au crédoc puis à une dévaluation du dinar qui ne dit pas son nom afin de faire accroire par les chiffres qu’elle se porte bien. Pour faire baisser la fièvre, on casse le thermomètre ! Les droits à la santé, au logement, à l’éducation, à la culture, au sport, aux loisirs…, pourtant garantis par la Constitution, sont devenus des privilèges quand ils ne sont pas bafoués. Au plan extérieur, la situation est très préoccupante.

Attirés par son pétrole et sous prétexte d’instaurer la démocratie en Libye, les pays de l’OTAN y ont installé la guerre civile. Des armes de guerre y circulent à ciel ouvert, traversent nos frontières devenues poreuses, constituant ainsi une menace pour la sécurité du pays et de toute la région. La déstabilisation du Mali additionnée à celle de la Libye nous fait craindre le pire. Faute d’anticipation d’évènements, pourtant à nos portes, nos chancelleries sont violées, notamment à Gao où nos diplomates ont été enlevés, sans coup férir, par un groupe non identifié ! Souhaitons qu’ils retrouvent leur pays sains et saufs. L’Algérie, dont la guerre d’indépendance avait émerveillé le monde, jouissait d’un respect et d’une considération ; aujourd’hui ses ressortissants sont renvoyés par l’Italie, par exemple, la bouche scotchée sans qu’il y ait la moindre réaction immédiate de la part de nos autorités ; les Italiens eux-mêmes sont plus outrés que nos responsables.

Pendant ce temps à Alger, on déroule le tapis rouge à des étrangers, qui, en fait, ne représentent qu’eux-mêmes quand notre capitale n’est qu’une escale de quelques heures pour des responsables internationaux de haut niveau, attendus chez nos voisins devenus plus attractifs. En fait, tous ces éléments montrent qu’il n’y a pas d’Etat protecteur de ses «sujets» car il n’y a pas de citoyens en Algérie ; il n’y a qu’un régime autoritaire et policier dont l’unique souci est de régenter la société pour se maintenir, perdurer et faire fructifier sa rente. C’est dans ce contexte chaotique que le pouvoir, épaulé par d’insoupçonnables partis politiques, compte organiser les prochaines élections législatives.

Ajoutons à cela le fait que des partis qui remplissaient les conditions d’existence en vertu de la loi n’ont pas été agréés alors que des dizaines d’autres, dont certains sont issus du sérail, l’ont été en un temps record, en vertu de la politique de l’octroi ; c’est à se demander si par ce subterfuge, la fraude attendue aidant, on ne cherche pas à imposer par un jeu d’alliances, même contre nature, une nouvelle carte politique, par le haut, à la mesure du prince du moment. Cette opération semble être pour le pouvoir un préalable à l’autre élection à venir, autrement plus importante qu’est la présidentielle de 2014. N’est-ce pas là, en définitive, l’enjeu principal des législatives ?

La participation à ce scrutin, outre le risque de le voir se dérouler «à la Naegelen» est de cautionner, voire de participer à une recomposition par le haut. Il y a risque de contribuer à la remise en selle d’un pouvoir illégitime, autiste et isolé ; isolé, car il a tout fait pour détruire la société civile et les partis politiques crédibles, dont le rôle d’intermédiation entre lui et la population est leur raison d’être pour éviter toute explosion sociale dont personne ne peut prévoir les conséquences. Le risque de la participation vaut-il la peine d’être pris ?
Mustapha Bouhadef : ancien secrétaire national du FFS

Posted in Arabie0 Comments

Législatives : Le ministre de l’Intérieur menace

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kabila, a fait une sortie médiatique, hier sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, et a menacé tous ceux qui doutent de la sincérité de la démarche qui prévaut dans l’organisation des prochaines élections législatives. par Yazid Alilat, Le Quotidien d’Oran, 22 avril 2012

Il a ainsi menacé de sévères sanctions «tout ceux qui touchent à la crédibilité» des élections législatives du 10 mai prochain. «Nous tenons plus que jamais à appliquer de la manière la plus ferme, les sanctions contre toute tentative de toucher à la crédibilité du scrutin», a t-il précisé, lors de son passage à l’émission «Aktar min midjhar». M. Ould Kablia visait notamment certaines formations politiques et des leaders de partis qui ont, avant même le début de la campagne électorale, mis en doute l’honnêteté de ces élections, et ont évoqué une fraude massive. Selon le ministre de l’Intérieur, les partis qui «anticipent les évènements», en parlant de fraude, utilisent ce discours pour «justifier leur échec» à l’annonce des résultats de ces élections.

Autrement dit, pour M. Ould Kablia, les partis politiques parlent de fraude pour justifier, à posteriori, leur échec à ces élections. S’adressant aux partis en lice pour ces législatives, il a ainsi réitéré la «ferme volonté» de l’Etat, et au plus haut niveau, pour garantir des élections transparentes, régulières et crédibles.

Pour autant, il tient à avertir que « l » Etat fera face à tout ce qui remettra en cause la crédibilité des élections». D’autre part, il a relevé que certaines formations politiques «exagèrent dans leurs ambitions» politiques qu’elles ont annoncées, depuis le début de la campagne électorale. Il vise en particulier certains partis qui ont prédit de remporter la majorité à la prochaine Assemblée populaire nationale (APN).

«Aucun parti politique ne peut remporter seul 232 sièges (nombre de sièges de la majorité)», a-t-il soutenu, soulignant que «seuls les résultats montreront le poids de chaque parti et seul le peuple donnera à chaque formation ce qu’elle mérite». Plusieurs chefs de partis politiques ont, la semaine dernière durant leurs meetings, promis de remporter les élections.

Un parti politique (AHD 54) a même promis à Constantine, que s’il remporte ces élections, il réalisera en «5 ans ce qui n’a pu être réalisé en 50 ans d’indépendance».

Mais, au delà de cette «guéguerre électorale» entre les partis et l’Administration, M. Ould Kablia n’a pas précisé le type de sanctions sévères qui s’abattraient contre tous ceux qui veulent ternir l’image de probité de ces élections. Plus de 500 observateurs (UE, Ligue arabe, ONU, UA) sont attendus pour suivre le déroulement de ces élections.

Posted in Arabie0 Comments

TM, que l’on t’aime

Stress quand tu nous tiens… 

A l’approche fatidique de la reddition finale du Travail de Maturité, la tension monte chez les troisièmes années du Collège du Sud. Entre les insomnies causées par le stress d’avoir procrastiné (remettre à plus tard ce que l’on peut faire aujourd’hui) ces trois derniers mois et tout simplement les nuits blanches passées à travailler, le timing devient serré. J’ai donc demandé à quelques collègues de 3ème comment ils allaient partager leur temps entre l’école et bien sûr leur cher TM (travail de maturité).

En ce qui concerne les élèves « glands » (mot couramment utilisé dans le langage estudiantin qui signifie littéralement fainéant), outre l’aberration de leurs parents et professeurs de les voir (enfin !) travailler, il est préférable d’annoncer dès aujourd’hui, une brève épidémie de gastroentérite s’attaquant malheureusement aux 3èmes, uniquement.

Mais ne vous méprenez pas, car il existe des élèves, dans ce bas monde, qui ont déjà terminé leur travail. Loris et Annick, soulagés d’avoir fini leur TM, riaient ce matin, à l’écoute des péripéties de leurs camarades de classe. Stéphanie, qui devait établir le business plan de sa boîte de nuit fictive a pratiquement terminé également. Mikaël préfère assumer son manque d’organisation en carburant au Red Bull (boisson énergétique) les nuits précédant la reddition que sécher les cours cette semaine. La plupart, donc, estime pouvoir finir en temps et en heure sans devoir manquer l’école.

Pourtant, Emma*, par exemple, était aux abonnés absents ce matin. Elle explique s’être levée à l’heure habituelle mais au lieu de se rendre à l’école, s’est concentrée uniquement sur son travail. Elle a pu le finir à midi et est allée aux cours cet après-midi. Elle pourra donc se focaliser sur les corrections de son travail mais aussi sur ses devoirs et autres examens, ces soirs prochains. L’an passé, Stéphanie se souvient que l’un de ses amis était présent dans le bâtiment, mais pas en classe. Il est resté cloîtré à la bibliothèque quelques jours pour rendre son travail à temps et ne pas être pénalisé.

Et le jeudi après-midi de « congé », il sert à quoi, alors ? 

Les élèves sont catégoriques sur ce point-là : le jeudi après-midi est utile ! Utile pour l’avancée du travail ? Pas forcément. Pour certains, il a été très utile pour bronzer sur les terrasses de la ville de Bulle, pour skier, pour faire leurs devoirs en général mais le TM, ils le faisaient à un autre moment. Néanmoins, Elodie ou encore Céleste ont consacré quasiment tous leurs jeudis après-midi à faire des recherches et à rédiger leur travail. Brice dit en souriant que les jeudis après-midi lui ont fait perdre 400.- au PMU (il passait ses jeudis dans un bar bullois à parier sur les courses de chevaux). Johanna, Jonathan ou encore France sont eux, certains de l’utilité du jeudi après-midi mis à disposition par l’école.

Que l’on s’y se soit pris à l’avance ou pas, finalement, qu’importe ! Nous arriverons tous en même temps à la fin de l’année scolaire !

N’oubliez pas : il reste 6 jours pour finir votre travail !

* prénom fictif

Claire Pasquier

Posted in Arabie0 Comments

Do you sprichst el Français ? : Rebecca Seewald

Nom: Rebecca Seewald
Classe: 1-07

D’où viens-tu? De Norman, une ville dans l’Oklahoma.

Est-ce la première fois que tu fais un échange et pourquoi as-tu choisi de venir en Suisse?
Oui, c’est mon premier échange. J’ai choisi la Suisse parce que j’ai voulu apprendre le français et puis c’est est un très beau pays. Nous avions accueilli un élève Suisse qui était en échange chez nous et j’avais beaucoup aimé ce qu’il racontait à propos de votre pays.

Peux-tu décrire ton premier jour en Suisse et ce que tu as ressenti?
Mon premier jour en Suisse était vraiment dingue! C’était la première fois que je venais en Europe, et comme je n’avais pas dormi la nuit précédente, j’étais très fatiguée. Mais ma famille d’accueil m’attendait à l’aéroport et s’est montrée très accueillante, donc je me suis tout de suite sentie chez moi. Je me souviens aussi avoir été extrêmement impressionnée par tout ce que je voyais. Mon français était vraiment mauvais, alors j’ai eu pas mal de difficultés à comprendre tout ce qu’on me disait. Mais ma famille a été très patiente avec moi et je me suis souviens avoir pensé à un moment que ça allait être une bonne année.

Quelle est la plus grande différence entre ici et ton pays? Une des plus grandes différences que j’ai remarquées, est le fait que où je vis aux Etats-Unis, et bien tout le monde roule. Aussi, les Américains pratiquent beaucoup plus d’activités (sports, musique etc.), en particulier le soir ou après l’école. Il y a une autre chose aussi; les gens vont plus souvent au restaurant que dans mon pays !

Qu’est-ce qui te manque le plus? Ma famille me manque et le fait de ne plus pouvoir parler avec ma soeur. Mais c’est parfaitement normal durant un échange! Ma voiture et  ne plus pouvoir conduire n’importe où aussi, alors qu’ici je dois tout le temps attendre le bus.

Qu’est-ce que tu préfères ici? Tous les festivals que vous avez et la façon dont les familles passent du temps ensemble.

Quel est ton mot préféré en français?
J’adore la phrase « C’est la vie !». Je la répète tout le temps !

Finalement, qu’est-ce que tu attends de cet échange?
J’espère vraiment m’améliorer en français, même si j’ai encore beaucoup de travail à faire! Mais j’aimerais aussi découvrir la culture d’ici et savoir ce que ça fait d’être Suisse.

Emilie Cronier

Posted in Arabie0 Comments

Le carême

Si pour certains l’arrivée de Pâques signifie l’abondance de chocolat sous toutes ses formes et particulièrement sous formes animalières, le début du printemps est pour de nombreux autres le temps du Carême. Etonnement, les collégiens sont assez concernés par cette période de jeûne. Les filles, sûrement plus par soucis esthétique que par conviction, sont plus nombreuses à se passer de chocolat ou encore de biscuits et autres gâteaux.

 

Pensant bien que tous les lecteurs ne savaient pas exactement ce qu’est le Carême, voici la définition donnée par le site officielle de l’Eglise catholique :

Selon le site http://www.eglise.catholique.fr, le Carême est« un temps de pénitence et de conversion, qui s’ouvre avec le mercredi des Cendres et culmine dans la semaine qui précède Pâques, la semaine sainte. Celle-ci commence avec le dimanche des Rameaux (célébration de l’entrée solennelle du Christ à Jérusalem) et inclut le jeudi saint (célébration de l’institution de l’eucharistie par le Christ), le vendredi saint (célébration de la Passion du Christ et de sa mort sur la croix) et s’achève avec la veillée pascale, pendant la nuit du samedi saint au dimanche de Pâques (jour par excellence du baptême et de l’eucharistie). ». Si ça vous ne vous éclaire pas vraiment plus, comprenez cette période comme temps de jeûne.

Alors, le Carême a-t-il encore une symbolique religieuse pour ses adeptes ?

Pour Silvie, se passer de chocolat pendant quarante jours est surtout un défi personnel et l’aspect religieux ne rentre pas en ligne de compte. Manon écarte le chocolat et les biscuits depuis quatre ans toujours en période de Carême et également comme défi. Laurent ne mange pas de viande le mercredi des cendres et le vendredi saint, ces deux jours étant importants dans la période pré pascale. Pourtant, Laurent explique que sa famille et lui le font depuis qu’il est petit et que ceci est plus une habitude qu’un geste religieux. Brice profite de cette période pour faire le Carême du McDonald’s et de faire un peu plus d’exercices qu’en temps normal.

Cap ou pas cap

D’autres personnes expliquent qu’elles ne sont simplement pas capables de tenir plus d’un mois sans chocolat (car pour les gens, de manière générale, il s’agit de privation de chocolat). Naomi répond très philosophiquement qu’il ne sert à rien de se priver des choses que l’on aime et quant à Géraldine, actuellement en voyage linguistique en Angleterre, elle ne peut imaginer se priver de notre si bon chocolat suisse.

Probablement que le Carême a perdu de sa symbolique mais le concept reste toujours bien présent dans notre société et est un moment idéal pour se motiver à faire quelques efforts en matière de gourmandise.

Claire Pasquier

Posted in Arabie, Reportage0 Comments

Week-end fructueux pour le snowboard helvétique

L’équipe suisse de snowboard aurait difficilement pu rêver mieux pour clore la saison. En effet, la Bernoise Fränzi Märget-Kohli s’est imposée dimanche sur le slalom géant d’Arosa, tandis que Nevin Galmarini terminait troisième chez les hommes.

C’est dans la station grisonne d’Arosa que se sont déroulées dimanche les finales de Coupe du monde de snowboard, avec comme discipline le slalom géant parallèle. Gagnante de cette épreuve, la Suissesse Fränzi Märgert-Kohli a remporté l’or devant la grande dominatrice de la saison, Ekaterina Tudegesheva.

La chance du bon côté

Si notre suissesse, native de Thoune, a pu remporter ces finales, c’est que la chance était de son côté. Son adversaire russe a en effet essuyé une chute lors de la première manche, lui permettant ainsi de prendre la tête. «  Cette finale est un reflet de la saison. La leader du classement contre la No 2 », confie Fränzi, ravie de la tournure qu’a pris cette course.

Les garçons ont aussi eu des raisons de se réjouir. C’est le Saint-Gallois Nevin Galmarini qui a terminé premier chez les suisses, décrochant la troisième marche du podium. En première place se trouvait l’autrichien Andreas Prommegger, avec derrière lui l’italien Roland Fischnaller.

Et un triplé pour la route !

Mais ce n’est pas tout ! Samedi dernier s’est aussi déroulé dans le même cadre la finale de Coupe du monde de half-pipe chez les messieurs. Là encore, l’équipe nationale a frappé fort. Le podium était de ce fait uniquement aux couleurs helvétiques. C’est le Zurichois Iouri Podladtchikov qui a finalement fait la différence, malgré une chute lors de son premier run. Il était suivi de près par ses jeunes compatriotes, Jan Scherrer et Patrick Burgener, tous deux âgés de 16 ans. « Je croyais que Jan allait gagner, a avoué Podladtchikov. Je pense qu’il a été meilleur techniquement, mais j’ai peut-être sauté avec un peu plus d’amplitude. »

Elsa Jaquet

Posted in Arabie, Lu et vu ailleurs, NetBuzz, Reportage, Sport0 Comments

Kit de survie pour le Collège du Sud

La vie d’un étudiant au CS n’est pas toujours facile. Entre le stress des examens, un bon nombre d’heures de sommeil qui manquent au conteur, des feuilles volantes un peu partout dans notre sac et notre casier et tant d’autres soucis encore, qu’il y a de quoi perdre la tête !

La situation ne serait pas si dramatique s’il n’y avaient pas, en plus de ces problèmes, une série de petits détails qui venaient gâcher nos journée d’étudiants déjà bien entravée !

Nous avons donc dresser pour vous un petit kit de survie du CS :

A ne pas oublier en quittant la maison :

1) Contrôler le dimanche soir de ne pas avoir perdu ses clés de casier durant le week-end afin d’éviter le lundi matin, déjà en retard, la course folle à travers les couloirs du CS à la recherche du concierge qui vous prêtera bien gentiment un double !

2) Des pièces de 1 frs : très pratique pour un petit café ou autre selon vos affinités !

3) Un paquet de chewing gum M-Budget : toujours pratique après un kebbab et plus économique !

4) Les fameuses tables numériques : si vous ne voulez pas susciter la colère de votre professeur de physique !

5) Une bouteille en Pet à remplir afin de se désaltérer le gosier !

6) En hiver : une écharpe à s’enrouler autour du coup, pour ne pas greloter toute la journée !

7) Quelques feuilles A4 quadrillées : si vous ne voulez pas vivre comme un parasite qui dépend toujours des autres !

8 ) Un paquet de mouchoirs : surtout pendant les examens afin d’éviter tout reniflement, bruit perturbateur qui empêche la concentration de ses collègues !

9) Il vous faut en plus de tout cela des jambes de sportifs, si vous voulez avoir une chance de manger sur une table à midi !

10) Finalement, très important : une bonne dose de bonne humeur !

Si vous respectez toutes ces règles, vous êtes parés à affronter » presque » toutes les situations possibles et inimaginable auxquelles vous pourriez être confrontés au CSud. Il ne vous reste plus qu’à venir en cours avec le sourire!

Mathilde, Elsa et Manon

Posted in Arabie, NetBuzz0 Comments

La journée mondiale de l’eau, le saviez-vous?

Et oui, ce mardi, comme tous les 22 mars de chaque année, on célébrait la Journée Mondiale de l’Eau ! Mais d’où vient cette journée consacrée à l’eau et que ce passe-t-il réellement ce jour-là ?

La Journée Mondiale de l’Eau a été instituée par l’Organisation des Nations Unies après le sommet de Rio au Brésil en 1992. Cette résolution invite les États à consacrer ce jour selon le contexte national, en concrétisant des actions telles que la sensibilisation du public par des publications, des diffusions de documentaires, l’organisation de conférences, de tables rondes, de séminaires et d’expositions liés à la conservation et au développement des ressources en eau. Chaque année un nouveau thème est proposé. Après les sujets tels que « Eau et santé » en 2001, « L’Eau et les désastres » en 2004  ou encore « De l’eau propre pour un monde sain » en 2010, l’année 2011 a eu pour thème « L’eau pour les villes : répondre au défi urbain ».

Aujourd’hui, la moitié de la population mondiale vit dans les villes. On s’attend à une croissance démographique très importante dans les pays en voie de développement, où chaque mois, 5 millions de personnes s’installent en ville. Entre 2000 et 2030, la population urbaine en Afrique et en Asie va ainsi doubler. En sachant que 141 millions de citadins n’ont pas accès à l’eau potable pour boire et qu’un sur quatre, soit 789 millions de personnes, n’a pas accès à des infrastructures d’assainissement améliorées, on comprend que la situation est urgente !

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau 2011, les actions menées visaient donc à attirer l’attention internationale sur les impacts de cette croissance urbaine rapide, de l’industrialisation et des incertitudes liées au changement climatique, aux conflits et aux catastrophes naturelles, sur les réseaux d’eau urbains.

Ce jour-là a également la date du coup d’envoi de l’Expérience de chimie mondiale. Tous les élèves du monde entier sont invités à tester de manière scientifique la qualité de l’eau qui les environne. Cette initiative a déjà commencé au Cap en Afrique du Sud, où un millier d’élèves, âgés de 15 à 18 ans, ont testé la salinité, l’acidité… de leur eau. Une fois les tests réalisés, ils ont ensuite pu reporter les résultats sur une carte interactive en ligne. Cette opération va être étendue aux établissement scolaires du monde entier.

Mathilde Zufferey

Posted in Arabie, Lu et vu ailleurs0 Comments

Knut, le célèbre ours polaire est mort!

Agé de 4 ans seulement, l’ours polaire Knut du zoo de Berlin, une célébrité internationale, est mort subitement samedi après-midi.


Knut, la mascotte du zoo de Berlin est décédé samedi vers 15h. Il s’est effondré dans le bassin alors qu’il se trouvait seul dans son enclos. « Tout le monde est sous le choc », a déclaré Claudia Bienek, la porte-parole du zoo de Berlin. Et oui, ce petit ours n’avait que 4 ans alors que les ours polaires ont une espérance de vie de 35 ans. La cause exacte de son décès reste mystérieuse. Les premiers résultats d’une autopsie ont cependant stipulé des déformations cérébrales.

Né le 5 décembre 2006, l’ours polaire le plus célèbre du monde avait aussitôt été abandonné par sa mère. Tout rond, si mignon, il avait le poil aussi blanc que la banquise qui aurait dû le voir naître. Cette vraie peluche de rêve, mitraillée par les photographes, fit rapidement la une des médias. Il devint une mascotte qui rapportait gros au zoo. Sa naissance avait créé un engouement tel que l’établissement avait déposé le nom « Knut » comme marque commerciale. Grâce à lui, les actions du zoo à la Berliner Börse avaient doublé en une semaine.

Depuis de longs mois, l’animal avait pourtant perdu son statut de star. Knut grandissait et ressemblait de moins en moins à une peluche. Son pelage, devenu jaunâtre, avait perdu la blancheur immaculée des débuts. Empâté et maltraité par ses compagnons de captivité, il donnait même des signes de dépression. Oui, Knut était devenu moins cute. Le public s’était peu à peu désintéressé de lui et le zoo envisageait de s’en séparé.

Mardi matin, le zoo de Berlin a annoncé son intention de construire un monument à la mémoire de cet ours polaire, en lançant un appel aux dons pour financer la sculpture. N’est-ce pas totalement absurde de demander de l’argent pour cette peluche lorsqu’on a conscience de la misère de certains pays? L’association de défense des droits des animaux PETA souhaite également que Knut ait une plaque commémorative sur la porte de Brandebourg.

Mathilde Zufferey

Posted in Arabie, Lu et vu ailleurs0 Comments

La Francophonie débarque au Collège du Sud

Comme vous avez certainement déjà pu le remarquer depuis la rentrée, des drapeaux de différents pays décorent notre cher collège. En effet, le 18 mars a lieu la Journée internationale de la Francophonie. Mais savez-vous ce qu’est réellement la Francophonie?

L’Organisation internationale de la francophonie (OIF), fondée en 1970, est une institution dont les membres ont en commun la langue française et certaines valeurs, comme par exemple la paix, la démocratie ou la protection de l’environnement. En octobre 2010, elle regroupait 75 pays ou gouvernements, principalement issus d’anciennes colonies françaises. Cela représente plus de 890 millions d’habitants répartis sur les cinq continents.

Une organisation très active

Les actions de la francophonie sont adoptées par le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement. Jusqu’en 2014, elle a comme objectif de promouvoir la langue française, la diversité culturelle et linguistique ainsi que la paix, les droits de l’Homme et l’éducation.

Plus concrètement, une délégation de la Francophonie s’est récemment rendue à Port-au-Prince, en Haïti, en vue des élections présidentielles. Elle a pour mission de favoriser des élections libres et fiables. Dans un même registre, le 12 mars dernier l’OIF a aussi aidé au bon déroulement du second tour de l’élection présidentielle au Niger. En plus de cela, elle est actuellement présente à Tunis, afin d’accompagner la transition de régime.

Vous l’aurez compris, les organisations de la Francophonie ne chôme pas ! Si le sujet vous intéresse ou si ces prochains jours vous ne savez pas quoi faire durant une heure blanche, n’hésitez pas à aller lire un des magnifiques panneaux qui ornent le rez-de-chaussée du CS ! Ceux-ci expliquent plus en détail l’histoire de la francophonie et ses actions à travers le monde. Vous trouverez aussi de belles cartes géographiques sur lesquelles figurent les pays concernés par la francophonie. Vous verrez, on y apprend plein de choses !

Elsa Jaquet

Posted in Arabie, Reportage0 Comments

Buzz


La vidéo la plus détestée de youtube!


Pour comprendre des clowns japonais, pas besoin de parler leur langue.

Nuage de crème

ENTRE NOUS ET VOUS

DOUBLECREME:CH, site d'information participatif. Envoyez-nous vos informations et vos liens préférés.
Contactez-nous (rubrique: contact) pour proposer:articles, reportages, opinion, manifestations, fête, photos et vidéos...

Competition

avril 2017
L Ma Me J V S D
« avr    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Polls

Quel est votre budget pour votre déguisement de carnaval?

  • Aucun, je ne me déguise pas (48%, 23 Votes)
  • Moins de 20 francs (23%, 11 Votes)
  • Entre 20 et 50 francs (13%, 6 Votes)
  • Entre 50 et 80 francs (10%, 5 Votes)
  • Plus de 80 francs (6%, 3 Votes)

Total des votants: 48

Loading ... Loading ...